Publié par

Débutant de la vape ? Un guide fait pour vous !

débutant de la vape

Comment choisir son matériel ?

Le choix du matériel est décisif quant à la réussite du passage du tabac au vapotage. Cependant, en tant que débutant de la vape, on est parfois un peu perdu au milieu des nombreux produits. Quelle cigarette électronique choisir ? C’est toute la question. Et elle mérite une réflexion particulière. Votre décision d’opter pour tel ou tel matériel va dépendre de vos habitudes de fumeur. Si le but est de perdre définitivement ces mauvaises habitudes, il faudra néanmoins s’en rapprocher au maximum lors de vos premières expériences de vape. Tous les profils de fumeur ne sont pas les mêmes. Vous fumez cinq cigarettes par jour ou un paquet entier ? Vous n’opterez sans doute pas pour le même matériel. Celui-ci se doit d’être pratique au quotidien. Votre cigarette électronique ne doit pas se révéler être un obstacle au vapotage.

Bien cerner ses besoins

Il faut donc bien cerner ses besoins. Un gros fumeur doit, par exemple, privilégier une cigarette électronique avec une belle autonomie. Pour ne pas tomber en panne au cours de la journée, il faut donc une batterie puissante. Pas forcément en terme de watts, mais en terme d’endurance. Votre e-cigarette doit pouvoir tenir et vous accompagner le plus longtemps possible. Parallèlement, un gros consommateur de cigarettes peut s’orienter vers un réservoir conséquent. Ceci afin de ne pas avoir à recharger son matériel en e-liquide trop souvent. Un coté pratique très important pour faciliter le passage du tabac au vapotage. C’est aussi un peu comme la voiture : si vous avalez les kilomètres de bitume, vous allez choisir le véhicule le plus fiable possible et pas forcément le plus rutilant !

Bien sûr, pour les petits fumeurs, le choix sera beaucoup plus large. En effet, il ne vous sera pas forcément nécessaire d’opter pour une batterie conséquente si votre utilisation de la cigarette électronique est plus restreinte. Il en va de même pour le réservoir du clearomiseur. Inutile de posséder un énorme tank si votre consommation de e-liquide est limitée. Dans ce cas, une plus large gamme de matériel s’offre à vous. Petites ou grosses batteries pourront alors convenir.

Il s’agira ensuite de choisir son type d’inhalation, directe ou indirecte. Pour un débutant de la vape et ancien fumeur, c’est probablement le tirage indirect qui conviendra le mieux. Et pour comprendre facilement les concepts de tirage ou d’inhalation direct/indirect, Oneclop vous propose un article détaillé à ce sujet ! Enfin, les derniers points relatifs au matériel dépendront de chaque vapoteur. Une cigarette électronique robuste, design, avec ou sans options, compacte ou plus imposante… Une question de goûts et de besoins dont vous êtes l’unique détenteur des réponses !

Quel e-liquide choisir pour un débutant de la vape ?

Vient ensuite la question importante du e-liquide. Et parallèlement, celle du taux de nicotine. Dans un premier temps, grâce à notre rapide questionnaire, vous pourrez évaluer en fonction de votre consommation de cigarettes le taux de nicotine qui pourrait vous convenir le mieux. C’est un point à ne surtout pas sous-estimer. L’addiction à la nicotine est la raison principale qui pousse à fumer. Beaucoup de personnes nous disent : « Moi, je pense que ne suis pas accro à la nicotine, c’est juste le geste…! » Pourtant, le choix du dosage est au moins aussi important que celui du matériel.

Ne sous-estimez pas votre dosage en nicotine !

Pour cela, quand on est débutant de la vape, il vaut mieux commencer, dans le doute, par un e-liquide avec un dosage un peu fort. Cet apport en nicotine, s’il est un peu supérieur à vos besoins, coupera très rapidement l’envie de fumer du tabac. Tandis que le rythme de vapotage sera en conséquence plus faible. À l’inverse, en optant pour un taux trop faible, une personne sous-dosée en nicotine aura tendance à vapoter beaucoup plus et risquera de compenser ce manque par du vrai tabac. Pour rappel, un e-liquide au taux de nicotine de 3 mg est adapté à un fumeur de cinq cigarettes par jour ou moins. Les gros fumeurs doivent donc directement s’orienter vers des liquides pour cigarettes électronique aux taux à deux chiffres. Bien choisir son dosage facilitera la transition et le sevrage tabagique.

Quant aux goûts, ils sont tous dans la nature… ou plutôt dans vos e-liquides. Le choix est presque illimité. Cependant, pour un débutant de la vape, notre conseil serait de se tourner vers des saveurs plutôt classiques et passe-partout. Notamment celles se rapprochant du goût des cigarettes, comme les e-liquides Classic ou Menthol. N’oubliez pas : le choix de votre liquide n’a rien de définitif. Certains trouvent leur bonheur et leur saveur favorite très rapidement. D’autres devront tester plusieurs e-liquides avant de trouver celui qui leur est parfaitement adapté. Il ne faut donc en aucun cas se décourager. Tentez d’y voir le côté ludique de la découverte et écoutez votre corps !

L’utilisation au quotidien : quelques points essentiels

Passer à la cigarette électronique, c’est aussi une question de volonté. Certains débutants de la vape trouvent un côté contraignant au vapotage. Les questions d’entretien reviennent souvent sur la table. Vous avez pourtant entrepris votre démarche avec la volonté d’arrêter la cigarette et le tabac. Alors pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Utiliser une cigarette électronique demande en effet un petit peu plus d’entretien que d’ouvrir un paquet de cigarettes « classiques », c’est vrai. Il faudra régulièrement nettoyer votre matériel, remplir votre réservoir, changer une résistance… Mais ces petites « contraintes » ne sont rien à côté du gain sur votre santé, votre confort et, c’est important, vos finances. Il faut toujours garder ces trois points en tête.

Et en choisissant avec précision un matériel adapté à vos besoins et désirs, ces petites questions de maintenance ne se poseront rapidement plus. Surtout, ne baissez pas les bras. Certains personnes se font au concept de la cigarette électronique en un clin d’œil. Pour d’autres, il faudra un petit temps d’adaptation, quelques jours, quelques semaines… L’important, c’est d’y croire et de s’accrocher. Rappelez-vous qu’après plus de dix ans d’expérience maintenant, la cigarette électronique a largement fait ses preuves sur la question du sevrage tabagique. C’est tout simplement l’une des meilleures méthodes pour arrêter de fumer. Et votre corps et votre porte-monnaie vous remercieront.

Débutant de la vape ? Il faut tenir bon !

Quand on abandonne la cigarette électronique, c’est souvent pour des broutilles. Il ne faut pas laisser le premier obstacle vous faire baisser les bras. « J’arrête car je tousse » : une grande partie des vapoteurs ont commencé en toussant. La plupart du temps, ce phénomène prend fin en quelques heures ou quelques jours seulement. Il est cependant primordial d’arrêter totalement la cigarette à côté, car les deux ne font jamais bon ménage. Si cette consigne est respectée, la transition se fait souvent en quelques jours. Si cela continue, il faudra peut-être revoir le choix du e-liquide ou du matériel.

« J’arrête car il y a un goût de brûlé » : un simple changement de résistance et le tour est joué ! « J’arrête car j’ai cassé ma cigarette électronique » : face à cet argument, nous constatons le plus souvent que la « casse » concerne la vitre du réservoir. Remplacer ladite vitre ne coûte que 3,90€ dans la plupart des cas. Pas de quoi vous stopper ! En cas de casse trop fréquente, il faudra probablement vous tourner vers un matériel plus robuste et solide, tout simplement.

Enfin, on nous dit souvent que « le goût n’est pas comme celui de la vraie cigarette ». Et effectivement, c’est vrai. Vapoter, ce n’est pas fumer du tabac. Il n’y a pas toutes les substances nocives de la cigarette. Le goût n’est donc pas le même. C’est une des habitudes dont il faudra se séparer. Mais la diversité de saveurs des e-liquides compense largement et permet à tout le monde de trouver son bonheur. Il suffit juste d’un petit temps d’adaptation !

Le guide du débutant de la vape

À l’aide de ce petit guide du débutant de la vape, vous allez pouvoir vous orienter selon vos besoins vers une cigarette électronique et un e-liquide adaptés. Notre rapide questionnaire est aussi un bon moyen d’en savoir plus sur vos habitudes et vous aide à choisir un produit. De plus, d’autres articles sont à votre disposition si vous désirez continuer à en apprendre plus sur la vape ! Enfin, si vous êtes à proximité de nos boutiques, n’hésitez à venir directement nous poser vos questions. Nous serons ravis d’y répondre. En attendant, n’oubliez surtout pas : ne commencez pas à vapoter si vous ne fumez pas !

Publié par

La vape dix ans après : la cigarette électronique fait le bilan

La vape dix ans après

La vape dix ans après : la cigarette électronique fait le bilan

Au tournant des années 2010, la cigarette électronique faisait une entrée remarquée dans nos vies. Les boutiques de vape fleurissaient rapidement, proposant une alternative au tabac, avec de belles promesses, mais aussi des interrogations. Le vapotage pourrait-il être un nouveau chemin vers une diminution de la consommation de tabac et vers le sevrage tabagique ? Comment peut-on juger de la dangerosité de ce nouveau produit sans recul ? La vape durera-t-elle dans le temps face à l’énorme industrie du tabac ? Après une décennie d’expérimentation, certaines de ces questions trouvent réponse. Alors, la vape dix ans après, où en est-on ? Quel bilan pouvons-nous tirer ?

La vape dix ans après : de l’effet de mode à l’effet de masse

La vape a connu un énorme effet de mode lors des premières années de mise sur le marché. On ne comptait plus le nombre de boutiques ouvertes. Dix ans plus tard, certains y ont forcément laisser des plumes, mais force est de constater que la cigarette électronique a fait mieux que de survivre. La filière est de plus en plus mature et les chiffres le prouvent. En France, fin 2018, on estimait que le business de la e-cigarette génèrerait 820 millions d’euros en 2020 et 1,3 milliard à l’horizon 2023. Le tout avec un potentiel de croissance annuelle de 10 à 15%. « L’effet de nouveauté est probablement passé et l’usage est désormais ancré sur le long terme », constataient en 2017 les chercheurs de Santé Publique France.

La mode est passée mais la pratique reste et se développe. Les vapoteurs se comptent désormais par millions et ce, malgré la mauvaise image que continuer de véhiculer la cigarette électronique. En septembre 2020, un sondage BVA pour le sommet de la vape donnait des résultats étonnants. 58% des Français considéraient alors la vape aussi voire plus dangereuse que le tabac. Plus surprenant encore, ils étaient 78% à penser que la nicotine est cancérigène. Un travail d’éducation et de sensibilisation semble encore nécessaire, plus de dix ans après.

Cependant, l’année 2019 fut marquée par une polémique venue des Etats-Unis et fortement relayée en France. Celle-ci a pu avoir un impact sur l’opinion générale, comme sur le marché. Nous le verrons plus tard dans cet article. À titre de comparaison, au Royaume-Uni la même année, 26% des Britanniques estimaient que le vapotage était autant ou plus nocif que le tabagisme. 45% trouvaient la vape moins, voire beaucoup moins dangereuse que la cigarette.

Qui sont les vapoteurs aujourd’hui ?

La vape dix ans après nous donne un aperçu de ses utilisateurs. Ils seraient trois millions de vapoteurs en France, selon des données européennes de mai 2017. Une estimation, tant les chiffres disponibles à ce sujet sont rares. À l’occasion de la Journée Mondiale Sans Tabac de mai 2019, Santé Publique France notait qu’en 2018, le pays comptait 3,8% d’utilisateurs quotidiens (environ 2,5 millions), contre 2,7% en 2017. Au Royaume-Uni, où les pouvoirs publics font partie des plus ouverts sur la question du vapotage, 3,2 millions de Britanniques utilisaient la cigarette électronique en 2020, soit 6,3% de la population. Un chiffre qui a triplé entre 2011 et 2018, avant de connaitre une légère baisse.

Le profil des vapoteurs

Dans son baromètre 2017, Santé Publique France a publié des données très claires sur le profil des vapoteurs. L’utilisateur de cigarette électronique type est plutôt de sexe masculin et diplômé. Surtout, les vapoteurs ont quasiment tous eu une expérience préalable avec le tabac. La moitié d’entre eux se compose d’anciens fumeurs. L’autre moitié de fumeurs occasionnels ou quotidiens, aussi appelés vapofumeurs. « Dans les chiffres de Santé Publique France, on constate que chez les adultes, les vapoteurs réguliers qui n’ont jamais fumé représentent une part infime. C’est à la limite du mesurable. On est en dessous de 1% », expliquait en septembre 2019 Claude Bamberger, président de l’Aiduce (association indépendante des utilisateurs de cigarette électronique), au micro de Sud Radio.

Autrement dit, on ne commence pas par la vape. « 80% des personnes ayant vraiment commencé à fumer – disons cinq paquets achetés et fumés – vont continuer à fumer toute leur vie. On n’a pas de statistique sérieuse sur le nombre de vapoteurs qui ont commencé la vape sans avoir fumé avant. On est en dessous de 1% », assène encore Claude Bamberger. En revanche, on en a sur les vapoteurs exclusifs. De 23% en 2014, ils sont passés à 41% en 2016, selon le baromètre de Santé Publique France. Un chiffre qui a probablement continué à grimper ces cinq dernières années. Enfin, seuls 12% des vapoteurs n’utilisent des e-liquides sans nicotine. Côté matériel, au Royaume-Uni en 2018, les cigarettes électroniques avec clearomiseur étaient privilégiées à 77%. Mais l’augmentation de la vente de pods tend à réduire ce monopole.

La cigarette électronique et le sevrage tabagique

Alternative à la cigarette et ses dérivés, la vape a beaucoup été mise en avant pour « arrêter de fumer ». Quel bilan est-il possible de tirer après dix ans de pratique ? « Parmi les outils d’aide au sevrage tabagique, la cigarette électronique est le plus utilisé par les fumeurs pour arrêter de fumer », écrivait Santé Publique France en mai 2019. Selon ce même organisme cité par Le Figaro, en sept ans, la vape aurait permis « à 700 000 fumeurs quotidiens à mettre un terme à leur dépendance ». Pour France Vapotage, ils seraient 1,9 million à avoir réduit leur consommation de tabac. Au Royaume-Uni, 54,1% des utilisateurs de e-cigarette ont arrêté définitivement le tabac.

« Quand on fume du tabac et de la nicotine dans l’heure du lever le matin, il faut remplacer cela par de la nicotine non fumée. Que ça soit de la vape ou des médicaments pour arrêter de fumer, c’est pareil », expliquait le pneumologue Bertrand Dautzenberg à Sud Radio. « Beaucoup de mes patients utilisent patches et cigarette électronique pour arrêter de fumer. D’abord les symptômes du tabac disparaissent. Et pour une grande partie d’entre eux, au bout de quelques mois ils n’ont plus besoin de nicotine, ou en toutes petites doses. Nombreux sont ceux qui arrêtent tout. Notamment les plus de 45 ans qui veulent arrêter de fumer. Ceux-là prennent la cigarette électronique six mois et arrêtent. »

La vape dix ans après montre donc qu’elle est d’une grande aide pour lutter contre le tabagisme. On estime à 4 à 5 milliards le nombre de cigarettes non fumées en France depuis les débuts de la cigarette électronique.

La vape dix ans après : le bilan santé

La grande interrogation autour de la vape a toujours été celle de sa potentielle nocivité. Une décennie plus tard, force est de constater qu’aucune étude convaincante n’a pu prouver une réelle dangerosité.

Du moins, à moyen terme. « Pour un fumeur, c’est infiniment moins dangereux que de fumer. Il n’y a pas de discussion : passer à la vape, c’est moins dangereux. Même si ce n’est pas ce que les gens pensent en France… La cigarette électronique est un tout petit peu nocive pour la santé, le tabac a une chance sur deux de vous tuer. Le niveau de danger n’a strictement rien à voir. La vape n’est pas un produit qu’on doit prendre quand on n’est pas fumeur. Quand on l’est, il n’y a pas de question à se poser », tient à préciser le Pr. Bertrand Dautzenberg. En 2019, un événement est pourtant venu jeter une chape de plomb sur le milieu.

L’inquiétude américaine de 2019

« Le vapotage, c’est l’un des sujets les plus étudiés et sujet à publications. Mais il est aussi sujet à d’énormes financements de recherches. On a, à ce jour (2019, ndlr), deux millions d’études sur le sujet. Aucune étude depuis dix ans ne prouve un danger sérieux pour la santé. Près d’un milliard de dollars auraient été investis par des gens voulant prouver que c’était nocif », expliquait Claude Bamberger, de l’Aiduce. Alors, quand en septembre 2019 plusieurs personnes sont mortes des suites de pneumopathies sévères aux Etats-Unis, le mot « épidémie » a vite été associé à la cigarette électronique. Ces « premiers morts » de la vape annonçaient-ils une hécatombe ? La presse en a fait ses gros titres. Et pourtant, c’est bien le contenu et non le contenant qui étaient en cause.

Les coupables ? Des « liquides de vapotage achetés sur le marché noir et coupés avec de l’acétate de vitamine E, une substance potentiellement nocives », écrivait la presse française, citant une étude du New England Journal of Medicine. Mais le mal fut fait pour l’image de la cigarette électronique. Des mois plus tard, 66% des Américains sondés pensaient encore ces décès imputable au vapotage nicotiné. La France, elle, a connu une baisse notable des recettes en septembre 2019 de l’ordre de 20 à 30% et une augmentation de 8% de la vente de… cigarettes. Un chiffre qui baisse pourtant constamment ces dernières années.

Des études globalement rassurantes

Malgré ces poussées de fièvre médiatique, les études restent très rassurantes. « Au niveau danger, ce n’est pas plus dangereux que de mettre un peu trop de sel dans son alimentation ou manger trop de viande rouge. C’est un niveau de danger à la limite acceptable, qu’il faut étudier, qu’il faut connaître et qu’on regarde », vulgarisait le pneumologue Bertrand Dautzenberg. La vape dix ans après, sans usage détourné, n’a donc pas prouvé une grande nocivité. En tout cas, rien de comparable avec le tabac. Les seuls décès enregistrés à ce jour sont dûs à un matériel défectueux, un liquide frelaté, pas à la vape en elle-même. Et leur nombre n’excède pas quelques dizaines, tant les cas sont rares, face aux dizaines de millions d’utilisateurs.

Si vous ne laissez pas cramer votre cigarette électronique, ce n’est pas dangereux. Si vous la laissez cramer, on arrive, dans des conditions expérimentales, à produire des substances toxiques », ajoutait le Pr. Bertrand Dautzenberg. Mais ces expérimentations ne sont « pas réalistes ». Elles s’appuient sur la potentielle utilisation d’un matériel très défectueux pendant des dizaines d’années à fréquence élevée. Votre cigarette électronique défectueuse « vous lâchera bien avant », nuançait le spécialiste. Dix ans après, la vape n’a rien prouvé du potentiel dévastateur qu’on lui promettait. Reste à le démontrer désormais sur le long terme et l’expérience d’une vie. Pendant ce temps-là, le tabac continue de faire 75 000 morts en France chaque année (12).

La vape dix ans après : un bilan positif

La vape dix ans après, c’est un bilan globalement très positif. La cigarette électronique a prouvé sa capacité à œuvrer au sevrage tabagique, en permettant à des millions de personnes de décrocher. Elle a aussi démontré qu’elle n’était pas une porte d’entrée vers une nouvelle addiction, ni qu’elle menait vers le tabagisme. « À Paris, on constate qu’un jeune sur deux qui commence à fumer sera toujours fumeur un an après. Pour la cigarette électronique, on passe à un jeune sur six », précisait encore Bertrand Dautzenberg. Sur le moyen terme, vapoter ne semble poser aucun réel problème de santé. Tout cela participe à un marché en constante croissance, mais aussi à de nouvelles avancées, comme la « nicotine vapologique française » de la marque Vincent Dans les Vapes.

Avec des produits toujours plus contrôlés et de meilleure qualité, la vape a de beaux jours devant elle. Sans oublier les dires des spécialistes : « Essayer la vape quand on n’est pas fumeur ce n’est pas bien, mais essayer la cigarette c’est bien pire ».

Publié par

Inhalation directe ou indirecte, tirage aérien ou serré : que choisir ?

Inhalation directe

Inhalation directe ou indirecte, tirage aérien ou serré : que choisir ?

Quand on débute la vape, on peut parfois se trouver un peu perdu. La découverte de la cigarette électronique va de pair avec celle d’un nouveau vocabulaire. De nouvelles notions apparaissent et peuvent parfois sembler obscures pour le débutant. Celui-ci va découvrir de nouveaux termes en cherchant le matériel qui lui convient. Tirage aérien ou serré, inhalation directe ou indirecte, MTL ou DL… Ces expressions au premier abord un peu barbares sont néanmoins très importantes à assimiler pour s’orienter dès le début vers la vape qui convient le mieux pour chaque vapoteur. Ce petit guide a pour but de vous les expliquer.

L’inhalation indirecte, la bonne option pour l’ancien fumeur

Nous l’avons déjà abordé sur ce site, l’immense majorité des personnes s’orientant vers la cigarette électronique le font dans une optique de sevrage tabagique. Mais pour perdre ses habitudes de fumeur, mieux vaut commencer par une transition en douceur. Pour cela, vapoter doit ressembler le plus possible à fumer une cigarette traditionnelle. Ainsi, l’inhalation indirecte est la meilleure option. On l’appelle aussi la vape MTL, pour mouth to lung, qui signifie « de la bouche aux poumons ». Elle va offrir un rendu se rapprochant fortement de la cigarette, en ne chamboulant pas subitement votre manière de faire.

Concrètement, la vape indirecte est liée à ce qu’on appelle un « tirage serré ». Elle propose une petite résistance à l’inspiration, la vapeur marque une pause en bouche avant inhalation. C’est assez similaire avec ce qu’il se passe lorsque que vous buvez à l’aide d’une paille. En effet, quand on fume, on a tendance à garder la fumée en bouche quelques instants avant de l’aspirer. La vape MTL reproduit cette sensation. Elle est presque instinctive pour les fumeurs, puisque le passage de la fumée par le filtre provoque naturellement cette petite résistance au tirage. Elle propose aussi un « hit » prononcé, c’est-à-dire qu’on sent bien le passage en gorge de la vapeur, comme avec la cigarette classique. Ce type d’inhalation est donc le plus adapté aux anciens fumeurs. Aussi bien, d’ailleurs, pour les débutants de la vape que pour les vapoteurs expérimentés.

L’inhalation directe, pour une vapeur importante

L’inhalation directe offre une approche différente. On l’appelle aussi « DL » pour direct lung, soit « directement dans les poumons ». Ici, pas de vape en deux temps. On vapote de la même manière qu’on fume la chicha, par exemple. Elle offre, de fait, un tirage aérien. Ce qui signifie que la production de vapeur sera importante et dense. C’est pour cela qu’elle plait aux amateurs de gros nuages et un peu moins à ceux qui veulent retrouver leurs sensations d’anciens fumeurs. On « sent » moins passer la vapeur en gorge. Et cela peut déplaire aux anciens fumeurs débutants de la vape, qui ne retrouveront pas tout à fait leurs sensations.

Vers quel matériel s’orienter ?

Une des erreurs les plus courantes des nouveaux vapoteurs et anciens fumeurs est de croire que plus la vapeur produite est importante, plus leurs anciennes habitudes seront comblées. C’est faux. La production de vapeur n’est pas liée à l’apport en nicotine, bien au contraire.

Puissance et résistance

L’inhalation indirecte est un type d’inhalation plutôt lié à une faible production de vapeur, ce qu’on appelle le tirage serré. Elle nécessite une puissance plus faible en watts que le tirage dit aérien. Une vape MTL est idéale pour un apport en nicotine efficace. Elle est aussi moins gourmande en e-liquide, donc potentiellement plus rentable sur le long terme. De fait, le choix de votre tirage dépend donc du matériel utilisé, de la batterie à la résistance, en passant par le drip tip (l’embout qui se place sur les lèvres) et, bien sûr, le clearomiseur.

Pour la résistance, on peut estimer que la valeur pivot se situe autour de 1 ohm. Au-delà, vous bénéficierez d’une inhalation indirecte, en dessous de cette valeur, une vape plus directe. Plus la valeur de la résistance est haute, moins la puissance envoyée sera importante. Ainsi, un matériel peu puissant peut suffire pour le tirage indirect. Mais n’oubliez pas qu’une bonne batterie offre également une meilleure autonomie. Avec une valeur de résistance haute, la vapeur sera plus froide et les saveurs mieux restituées. Une valeur basse proposera l’inverse : une vapeur abondante et plus chaude, qui compensera souvent un taux de nicotine plus bas dans les liquides.

Clearomiseur et e-liquide

Le choix du clearomiseur entre alors en compte. Pour une vape MTL, les arrivées d’air (le airflow) du clearomiseur sont plus petites, entraînant ainsi un tirage plus serré. Pour une inhalation directe, on utilisera des clearomiseurs aux larges arrivées d’air, donnant cet effet aérien et une importante production de vapeur, au détriment des saveurs. Le drip tip pour une vape indirecte doit quant à lui être étroit, afin de restreindre le passage de la vapeur. Il sera plus large et plus court pour la vape directe.

Enfin, le type de vape privilégié influera sur le choix de vos e-liquides. L’inhalation indirecte favorise les liquides les plus nicotinés, mais aussi les plus fluides. Orientez-vous donc vers ceux dont le taux de PG (propylène glycol) est plus élevé. À l’inverse, plus le taux de VG (glycérine végétale) est haut, plus la production de vapeur sera importante. La vape directe, nécessitant plus de puissance, est aussi plus consommatrice de liquide.

La cigarette électronique est désormais polyvalente

Choisir entre une vape directe ou indirecte dépend des vos habitudes d’ancien fumeur. Vous allez, en conséquence, vous orienter vers un type de matériel plutôt qu’un autre. Mais désormais, les cigarettes électroniques, qu’ils s’agissent de pods tout-en-un ou de box, peuvent être polyvalentes. Des airflows ajustables vont vous permettre de jouer avec le tirage, pour le rendre plus serré ou plus aérien. D’autres modèles permettent tout simplement d’opter pour l’un ou l’autre type d’inhalation, en fonction des résistances adaptables et des modes disponibles. Ajuster la puissance en watts offre notamment ces possibilités de déclinaison. Enfin, pour le néophyte, il est toujours important de demander conseil aux experts de la vape, et nous sommes là pour ça !